DEUX CONSTITUTIONS, DEUX ÉPOQUES.

DEUX CONSTITUTIONS, DEUX ÉPOQUES.

L’élaboration d’une Constitution, une question de transparence vis à vis du peuple.

1. La Constitution française de 1958: Elle a été élaborée par un comité d’experts. Les membres de ce comité, parmi lesquels Michel Debré, sont connus de tous.

La dernière version contenait une faute d’accord en nombre et en genre. Cette faute n’a pas été corrigée; que ce que le peuple adopte, nul n’a le droit de le modifier. C’était la dernière version avant le passage au référendum. Le texte a été transmis au comité consultatif constitutionnel.

Ce comité a analysé les articles les plus problématiques. Environ 20 articles.

Ses recommandations ont été été prises en compte et publiées au journal officiel.

Dans un contexte d’union nationale, paix et sécurité dans tout le pays, malgré quelques réticences de l’opposition.

2. La Constitution guinéenne de 2020:
Elle a été rédigée en secret. Ses rédacteurs sont anonymes. Personne ne les connaît.

Elle est truffée de fautes d’orthographe, fautes d’accord et de tournures grammaticales incorrectes, qui altèrent le sens des phrases.

La version « projet de Constitution » a été transmise à la Cour constitutionnelle qui a juste donné un avis sur la procédure d’adoption, sans jamais analyser aucun de ses articles.

Même pas un coup d’oeil ou une correction des fautes et phrases mal conçues !

Le jour de son adoption régnait une atmosphère d’affrontements entre les forces de l’ordre et les opposants à son adoption.Des violences de haute intensité en Guinée forestière. Un minimum de 20 morts.

La version sur laquelle le peuple a voté par référendum n’est pas celle qui a été promulguée, en raison d’une modification substantielle d’un nombre important de ses articles.

La cour pénale internationale est saisie des crimes présumées avoir été commises durant cette période.

Mohamed B. Camara

La Plume

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *