LA NOUVELLE CONSTITUTION GUINEENNE REDIGÉE PAR LA FRANÇAFRIQUE

 

Depuis maintenant un temps, les guinéens s’interrogent sur la nécessité d’élaborer une nouvelle constitution que semble proposer le pouvoir actuellement en place.

Les réactions fusent de partout et chacun y va de son commentaire sur cette grosse actualité. C’est donc pour répondre à quelques questions des citoyens guinéens et aussi pour  les mettre au bain de quelques réalités, que nous avons décidé de mener la présente enquête.

Notre enquête nous a amené dans une famille conflictogène française, il s’agit de la famille Bourgi, notamment ALBERT et ROBERT Bourgi. Nous nous intéressons à leur lien avec Alpha CONDE. Robert, l’avocat d’affaires, qui et connu pour financer largement et habituellement la plupart des opposants Africains. A Albert également, universitaire, professeur de sciences politiques, reçu major à l’agrégation interne de droit public et grand constitutionnaliste.

Ils vivent tous en France. Pour la petite histoire,  Albert Bourgi invite un jour ses amis Burkinabé, Tchadiens, Ivoiriens, Zaïrois, c’est-à-dire les opposants aux dictatures africaines des années 70 dont son frère Robert était l’oreille. Ils viennent dîner dans le quartier de la Nation à Paris. Parmi eux, le Guinéen Alpha Condé, rencontré à la Sorbonne en 1972. Alpha, condamné à mort par contumace par le régime du président Sékou Touré, exilé, fête Noël chez les Bourgi, devient parrain de leur fille Cécile.

De retour à Conakry, menacé et emprisonné plusieurs fois sous Lansana Conté, l’opposant appelle à l’aide son « frère » français, Albert. Une fois, Albert Bourgi contacte un ami de jeunesse, Abdou Diouf, président du Sénégal, qui fait rapatrier le Guinéen en avion militaire. Une autre fois, il organise une campagne internationale de soutien pour Alpha condé, les plus influents du continent, dont le Reggae man Tiken Jah Fakoly, ont été contactés. C’est de là que le pacte a été scellé entre l’actuel président de Guinée et la famille Bourgi.

Après quarante ans d’opposition, Alpha Condé, 72 ans, est élu président de la Guinée le 21 décembre 2010. Le constitutionnaliste, très content, déclarera dans un débat télévisé  « Alpha, c’est mon ami, je le défendrai jusqu’au bout ».

Lors de l’élection présidentielle de 2015, son expertise était encore demandée avec tout son arsenal pour la réélection d’Alpha condé.  Tout récemment, Albert Bourgi était à Conakry, rentré en catimini sans les radars de la Télévision nationale, sur invitation bien sûr du Président de la république. Le projet du referendum lui a été proposé sans que l’ancien ministre de la justice, garde des sceaux Cheick SAKO ne soit associé,  chose qui a été d’ailleurs l’une des raisons de la démission de ce dernier le 20 mai 2019. Comme toujours dans ses habitudes, Albert Bourgi bondit sur cette proposition et se met à la disposition de son ami Alpha Condé pour toute modification ou changement de la constitution.

C’est ainsi que ce projet lui aurait été confié pour concocter une autre constitution à la française sans tenir compte des réalités Africaines (la françafrique continue). Certains articles auraient été rapatriés sur Conakry pour une proposition avant même que la cuisine ne soit totalement prête.

NB: Albert Bourgi est un homme de coulisses et de réseaux. Son frère Robert et lui sont à l’origine de beaucoup de conflits en Afrique et sont aussi cités dans beaucoup de scandales. La question que l’on se pose à présent: La Guinée ne dispose-t-elle pas de constitutionnalistes capables de rédiger sa constitution ? Des milliards de FG du contribuable Guinéen qui partiront en France pour l’élaboration de ce projet cynique ne peuvent-ils  pas servir à autre chose plus importante en Guinée ? Cette constitution à la française ne serait-elle pas source de problèmes à la longue, quand on sait qu’elle ne tiendra compte d’aucune réalité guinéenne d’un point de vue sociale, culturel ou religieuse ? Enfin peut-on laisser ces étrangers détruire ce pays comme ils ont fait ailleurs ? En tous les cas, chacun est averti..

 

                                                                            AAbdoulaye KABA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *