L’impopularité chronique est fille d’irresponsabilité

Notre premier ministre, Docteur ( en attente), Don kass  ne se rend peut-être pas compte mais il a un vrai talent d’humoriste, autrement dit c’est un vrai comédien. Si vous le connaissez personnellement dites-lui de ma part qu’il y a peut-être une opportunité à saisir du côté du monde du spectacle. Et comme c’est bientôt la fin de sa carrière politique, surtout s’il s’entête à continuer sur la voie sans issue dans laquelle il  vient d’engager son gouvernement de « bras cassés » qui n’a ni  bilan ni perspectives pour les Guinéens. Le parlement du rire lui tend les bras .
D’autant plus qu’un humoriste, quand il est bon, il gagne [honnêtement] très bien sa vie, et en plus il est très populaire, ce qui est loin d’être le cas pour le grand rapace du palais de la colombe. Un euphémisme.
Mais s’il  veut continuer à entretenir l’illusion d’un destin présidentiel dont il est le seul à croire, au-delà de posture faussement autoritaire et responsable, il lui faudra bien soigner cette carence de popularité qui le suit comme son ombre depuis son retour sur la scène politique, après son break au pays du hamburger.

Si je  propose cette piste de reconversion à notre premier premier, ce n’est pas parce que je suis subitement devenu son spin doctor (conseiller en communication), cela ne risque pas d’arriver, mais c’est parce qu’il m’a semblé que son impopularité chronique commence sérieusement à lui peser. Enfin, c’est ce que j’ai cru comprendre, la semaine dernière, lors de sa fameuse conférence presse en grande pompe, pour présenter un bilan creux. Une sorte de mise en scène du vide. Du vide sidéral même.

Dans un hôtel de la place, entouré de journalistes complaisants et conquis d’avance qui étaient venus plus pour l’applaudir que pour lui poser les bonnes questions, notre premier ministre s’est senti pousser des ailes.
Certainement pris dans un élan d’euphorie d’une assistance plutôt bon public, bon marché , il déclaré, je cite:

 

« Je préfère l’impopularité à l’irresponsabilité ».

Elle est drôle, cette phrase, c’est même à en mourir de rire, venant de Don Kass , l’homme au score historique de 0,66% aux présidentielles de 2010 ( combien d’erreurs de vote ?).
C’est comme une personne moche qui dit  qu’elle préfère l’intelligence à la beauté. J’ai envie de lui répondre « TU AS INTÉRÊT ». Parce que pour ce qui est de la popularité, c’est mort et enterrer pour cette vie-ci, peut-être faudra-t-il attendre une autre pour se refaire une popularité .

Mais plus drôle encore est la naïveté avec laquelle notre Don Kass national semble dire tout cela. Je me demande si le premier ministre sait que son impopularité n’est pas tombé du ciel, comme le disent les ivoiriens, son impopularité « ce n’est pas naissance » mais la  » maladie de son irresponsabilité » passée et présente!
Mais visiblement il ne s’en rend même pas compte, et semble faire passer cela au compte de la force majeur.
D’ailleurs en parlant de cette irresponsabilité, il en a fait une belle démonstration au cours de cette grande messe avec cette presse de sparring partner,en soutenant ouvertement et officiellement le projet de tripatouillage constitutionnel dont la seule finalité est de prendre les institutions en otages pour des intérêts égoïstes. Il ne s’est d’ailleurs pas contenté de le faire, lui, don kass, il a aussi entraîné l’ensemble de son gouvernement dans le projet de coup d’état civil en vue, une sorte de suicide politique collectif.
Et après ça, il veut parler de responsabilité. N’est-ce pas drôle ça ?
Alors Don kass peut toujours continuer à se donner l’image d’un homme politique responsable et autoritaire, mais de l’autre côté de l’écran il n’a pas l’air  responsable pour un sou, bien au contraire, il apparaît comme un danger pour les libertés publiques et pour l’autorité de la loi.
Car contrairement à ce qu’il soutien, l’ordre sans loi est tyrannique , et l’impopularité est fille de l’irresponsabilité… Mais il peut toujours continuer à faire semblant de l’ignorer et nous servir sa comédie habituelle… Dans ce cas il ne faut pas s’étonner de ne pas faire battre le cœur des guinéens !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *