SOS Pour Nos Compatriotes

SOS Pour Nos Compatriotes

La pandémie de coronavirus est une situation qui a véritablement chamboulé l’ordre normal des choses.

Les fermetures de frontières est un exemple illustratif auquel le monde n’était pas preparer à faire face. C’est une situation inédite que le monde entier traverse.

Hélas, sous l’urgence des mesures sanitaires contre la COVID-19, beaucoup des voyageurs ont été pris de court et sont restés coincés dans leurs pays d’accueil.

Les consequences de ces fermetures de frontières sont nombreuses dont je voudrais partager mon expérience car, je suis victime.

En effet, en séjour à Dakar où j’étais venue dans le cadre d’une formation, je me retrouve coincée ici. Heureusement pour moi, j’ai la chance d’être prise en charge par ma famille contrairement à beaucoup de nos compatriotes qui ne sont pas dans cette faveur du sors.

Ces compatriotes souffrent et manquent du tout: Ils passent leurs nuits sous la belle étoile et les jours sous le soleil car n’ayant pas un abris.

Ils n’ont plus d’argent pour se nourrir, ou s’acheter de médicaments. Ils sont exposés à tout, aux anarques et truanderies quotidiennes.
Le coût de vie cher et insupportable devant l’insouciance de nos représentations diplomatiques.

Je ne saurais tout vous décrire car c’est un vrai calvaire sans précédent que nous vivons au quotidien ici à Dakar.

Je déplore qu’à l’instar de mon pays d’accueil le plan d’action de riposte de la Guinée n’a pas pris en charge sa diaspora. Ne serait-ce que ceux qui comme nous, sommes venus pour une courte période.

Ce qu’il faut faire remarquer y’a trois catégories des guinéens qui sont bloqués ici.

1. Ceux qui sont venus pour des soins.
2. Ceux qui sont venus pour un séjour familiale.
3. Ceux qui sont venus pour leur commerce.

À la lumière de mes observations et mes discussions avec certains compatriotes , voici quelques mesures que je propose et je pense aideraient considérablement ces compatriotes.

* Ouvrir une négociation avec les autorités des pays d’accueil afin d’une ouverture exceptionnelle des frontières .

* Proceder à une prise en charge du transport retour.

* Des mesures d’assistance aux personnes en situation de détresse et aux commerçants ayant enregistré des pertes,

Bien sûr tout cela sera ordonné et facilite par l’entremise des ambassades avec un mécanisme de recensement et vérification viable.

Oumou Kadiatou Diallo

La Plume

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *